Nutrition & Santé

Le médecin du futur ne donnera pas de médicaments ; il formera ses patients à prendre soin de leur corps, à la nutrition et aux causes et à la prévention des maladies. de Thomas A. Edison, inventeur du phonographe, 1903

 

Notre environnement a une influence sur notre génome par des modifications dites épigénétiques. Par exemple, avec des patrimoines génétiques identiques, deux jumeaux peuvent évoluer différemment en fonction de leurs environnements respectifs. Les individus, et par voie de conséquence leurs gènes, sont en effet soumis à de nombreux facteurs environnementaux : alimentation, maladies, médicaments et toxiques, stress, lieu & hygiène de vie, qui peuvent modifier autant leurs cellules que leur ADN.

 

Toutes ces modifications constituent autant de « marques épigénétiques » regroupées sous le terme d’épigénome. Les modifications épigénétiques sont induites par l’environnement au sens large : la cellule reçoit en permanence toutes sortes de signaux l’informant sur son environnement, de manière à ce qu’elle se spécialise au cours du développement, ou ajuste son activité à la situation.

 

Ces signaux, y compris ceux liés à nos comportements (alimentation, tabagisme, stress…), peuvent conduire à des modifications dans l’expression de nos gènes, sans affecter leur séquence.

 

Pour fonctionner, l’organisme a besoin de calories qu’il va ensuite dépenser pour 3 grandes fonctions :

  • le métabolisme (60 à 70 %)
  • la digestion (10 %)
  • l’activité physique (20 à 30 %). 3

Pour maintenir la balance énergétique, on peut donc jouer sur l’alimentation (apports caloriques : qualités, cuissons et quantités) et sur l’activité physique (sorties caloriques : durées et types).